Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 10:31

Je vous ai trouvé dans mes archives des merveilles de parties analysées par le regretté quadruple champion du Monde, le Grand Maître International, Piet Roozenburg. 

Je tenais à vous les faire partager.

Bon Week-end à tous.

OSLOG

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
je suis un amateur du jeu de dames et je voudrais avoirs des documents se rapportant a ce jeu surtout les parties analysees afin de me perfectionner dans cette discipline de l'espritsi vous avez aussi des sites vous pouvez me les communiquez a l'adresse suivante:ch-kenzo@hotmail.frmerci a tous
Répondre
Z
bonjour champion je t'ecris d'abidjan, je suis amateur au jeu de dame...pour te donner les nouvelles d'ici...la federation bouge un peu maintenant...et organise les dojos en club certifié...a ce propos ca te dirais pas de creer ou parrainer un club...je connais pas mal de très bon joueur ca pourrait le faire...on garde le contact
Répondre
B
Le tournoi international de Paris de jeu de dames fut une très belle expérience. Il se déroula pendant la décennie 1990. Antoine Almanza en fut la cheville ouvrière, la mairie de Paris apportant le financement. Si mes souvenirs sont exacts, la première édition eut lieu en 1990 ou 1991. Le vainqueur en fut Anatoly Choulkov, alors MI russe - j'ignore ce qu'il est devenu; mais je crois savoir qu'il est resté MI. Cette édition n'avait pas réuni la crème du jeu de dames international, les meilleurs GMI néerlandais ou ex-soviétiques ne s'étant pas alors déplacés. Luc Guinard fut pendant longtemps le leader du tournoi; si mes souvenirs sont bons, à deux rondes de la fin, il était pratiquement assuré de remporter le tournoi; il lui aurait suffi alors de neutraliser Choulkov, son plus sérieux prétendant, mais, malheureusement, il perdit face à ce Russe, à l'occasion d'une partie rendue par ce dernier excessivement nerveuse. Didier Zock remporta une édition de ce tournoi. Les super-GMI de l'ex-URSS sont entrés, nombreux, dans le tournoi à partir de la troisième édition, je pense. Si mes souvenirs sont bons, Mogiljanski, Valneris, Schwarzman et Tchizov ont chacun enlevé une édition. C'est à la faveur du tournoi de Paris que j'avais appris à mieux connaître les super-GMI présents. A toulon déjà, lors du championnat mondial, je m'étais rapproché de certains d'entre eux. Mais l'austérité du cadre d'un tel championnat ne me permit pas d'approfondir la relation. En outre, je n'étais pas resté longtemps à Toulon. A Paris, en 1994 ou 1995, je découvris mieux Guntis Valneris. A l'époque, il était déjà GMI, mais pas aussi réputé qu'aujourd'hui, puisque peu antérieurement, Alexei Tchizov lui avait infligé une dure défaite lors de leur match mondial. Avec Valneris, j'avais alors engagé une discussion sur ce match, au bout duquel d'ailleurs il n'était pas allé, craignant de subir une défaite plus dure encore. Notre discussion porta surtout sur la première partie, remportée par Tchizov. Valneris m'impressionna par sa puissante faculté d'analyse. Il me charma surtout par sa modestie, se rendant assez facilement aux options stratégiques que je lui proposai. Ma surprise fut grande de voir le même Valneris s'inspirer, lors de sa partie contre Didier Zock, des développements retenus par Tchizov contre lui lors de la première partie de leur match mondial. Zock avait perdu cette partie, simplement parce qu'il n'avait pas vu cette première partie entre Tchizov et Valneris. A Paris, je contemplai aussi Tchizov. Lors d'une édition, il joua contre Cordier père : à la fin de sa partie victorieuse, il nous montra un développement sophistiqué qui aurait pu permettre à Monsieur Cordier d'obtenir une remise; les explications de Tchizov étaient d'une telle longueur et d'une telle précision que tous les GMI présents furent proprement subjugués. Il faut dire qu'à l'époque Tchizov était vraiment un damiste de la complexité, mentalement dopé par sa conservation de titre face à Ton Sijbrands, quelques années auparavant. Mogiljanski se signala à Paris par une retentissante victoire face à Alexander Schwrazman. Il est vraiment regrettable que le tournoi international de Paris ait disparu. Ce tournoi attira pratiquement tous les GMI néerlandais, sauf  Sijbrands et Harm  Wiersma. Je l'ai disputé une fois : C'est Antoine Almanza qui, amicalement, m'avait contraint à le disputer, cela afin de permettre à Abdoulaye Der, qui était arrivé à Paris en retard, d'entrer dans le  le tournoi, alors entamé. Der m'avait alors battu lors de la 1ère ronde ronde : notre partie avait débuté à pratiquement 19h30; craignant de rater le train qui devait m'amener à Amiens où se célébrait un mariage d'amis, je dus jouer pendant 20 minutes seulement.  bikindouadelin   
Répondre