Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 16:35







Alexandre Georgiev
Champion du monde de semi-rapide






Résultats

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Bonjour Yves;Je suis séduit par votre raisonnement : vous avez raison de marquer que l'humain, de par sa nature, est trop différent de la machine pour les faire s'affronter. Il reste que quelques-uns de nos super GMI (Tchizov, Georgiev et Valneris) sont trop au dessus de leurs adversaires, de sorte qu'on peut craindre que, gagnés par une forme de lassitude, ils renoncent à la pratique, nous privant ainsi de beaux spectables.Dans mon billet auquel vous avez aimablement mais franchement réagi, j'ai insisté sur la nécessité de relancer l'intérêt du jeu de dames mondial.Certes Ton Sijbrands peut toujours faire des simultanées en aveugle, ce qui serait suffisant pour combler bien des amateurs. Mais il ne faudrait pas que le super GMI néerlandais soit l'arbre qui cache la forêt.Je pense que l'organisation de matchs entre les meilleurs logiciels et chacun de nos trois super GMI en activité viendra vivifier une pratique dont l'intérêt aujourd'hui est discutable tant on arrive facilement à prédire l'issue des grandes compétitions.En offrant à Tchizov, à Georgiev et à Valneris la possibilité d'affronter les meilleurs logiciels, on continuerait ainsi à les motiver dans leur décision respective de continuer à s'intéresser avec passion au jeu de dames.On pourrait toujours soutenir que la perspective de gagner encore de l'argent grâce au jeu de dames amenera fatalement ces super GMI à poursuivre leur pratique. Mais on perdait de vue qu'ils sont avant tout des damistes chercheurs, ce qui signifie que le gain d'argent n'est pas forcément le moteur de leur activité de damiste.Tout le monde voit que Georgiev, par son jeu hautement élaboré et caractérisé par une précision diabolique, nourrit incontestablement l'ambition de sortir le jeu de dames d'une certaine antiquité. Je constate que, dans le même temps, Tchizov amorce un retour aux "sources" en ne faisant plus l'économie de la recherche d'un jeu nerveux, bien que son attachement à la position ouverte soit toujours affirmé. Valneris, à l'instar de Tchizov, semble aussi avoir pris au sérieux le fait que Georgiev paraît décidé à dominer seul le jeu de dames mondial.Mais personne ne réfléchit à la façon d'accompagner efficacement les efforts de ces super GMI.  
Répondre
Y
je ne suis pas du tout de l'avis de faire participer des programmes contre les humains! ca perderait de tout son charme! la beauté du jeu de dames est un combat entre humain et le but est d'amener l'autre dans des sentiers perdus pour l'aneantir! Contre un logiciel qui voit tous les coups je ne vois aps l'interet!Georgiev est certes fort mais pourquoi? simplement car il a etudie des centaines de position et qu'il a pas rencontre l'humain qui sera l'aneantir dans son propre jeu! une partie de dames retrasncrit le mental, l'energie, les sentiments d'une personne..si on supprime tout çà, le jeu de dames sera pas top car un logiciel arrivera forceemnt tot ou tard à battre n'importe quel humain ou a ne jamais perdre! quel interet???
Répondre
B
Je viens de m'informer de l'évolution de l'épreuve semi rapide organisée dans la capitale chinoise : je constate que les trois meilleurs damistes mondiaux en activité se retrouvent en demi finales, où ils seront accompagnés par le solide Bassirou Ba que le poids de l'âge n'a pas rendu moins bon que naguère. Ba m'a beaucoup surpris au cours de l'épreuve par son jeu engagé. Pourtant je l'en savais capable, Souleymane Keita, qui l'observa in vivo à Dakar dans la cadre de l'entraînement, m'ayant constamment assuré que le GMI sénégalais, eu égard à l'ampleur de sa science du jeu de dames, était parfaitement capable de proposer des jeux osés.Je suis donc heureux de saluer la performance de Ba. Je ne serais pas déçu s'il devait perdre face à Georgiev : une telle défaite ne remettrait pas en cause sa classe.Je veux aussi dire à Jean-Marc Ndjofang qu'il m'a fait plaisir à Pékin. J'ai en effet aimé le jeu de dames qu'il y a montré. Ma conviction est faite que Ndjofang est capable, lors du prochain championnat du monde, de se mêler à la lutte pour la victoire finale. Il lui suffira simplement de faire au moins jeu égal avec les trois super GMI qui sont actuellement sur le toit du jeu de dames mondial. A mon avis, Ndjofang n'a pas changé de système de jeu. Simplement il est devenu un damiste plus discipliné, moins permissif qu'avant. Je l'avais d'ailleurs engagé à devenir plus rigoureux s'il voulait un jour concurrencer sérieusement Tchizov, Georgiev, Valneris et SchwarzmanOui, j'ai aimé je jeu d'attaque de Ndjofang. C'est un jeu de dames de baroudeur et je ne vois pas d'autre alternative à la suprematie des super GMI.Souleymane Keita a peut-être raison de marquer parfois ses réserves à l'égard du jeu d'attaque tout-terrain des Camerounais. Mais j'ai l'impression qu'il fait parfois de confusion entre Ndjofang et Flaubert Ndonzi. Je trouve pour ma part que le jeu d'attaque de Ndjofang est aussi un jeu sage, comme on l'a vu lors de sa partie avec Samb - sans doute sa meilleure partie à Pékin. Ndjofang doit rester fidèle à sa façon de concevoir la pratique du jeu de dames. La seule chose qu'il doit maintenant faire, c'est de ne plus jamais perdre face à un damiste quelconque. Or, par le passé, il ne s'est pas toujours fait respecter, pour parler trivialement.On ne retrouvera peut-être plus le grand damiste Ndiaga Samb. Pour moi, il ne fait plus partie de la crème du jeu de dames mondial. S'il a été très bon jusqu'à une date récente, il n'est plus qu'un damiste ordinaire, incapable de venir à bout des adversaires de beaucoup moins cotés que lui.Samb a souvent pensé que le fait de pratiquer le meilleur jeu de dames possible tenait de l'inné. Les résultats de Pékin ont prouvé le contraire. Pour être un damiste de première force, il faut travailler et s'auto-discipliner.Georgiev nous prouve que, par le travail et la discipline, un GMI normal peut devenir un super GMI.J'ai suivi l'évolution de Georgiev depuis 10 ans. Je ne reconnais plus le GMI hésitant et imprécis des deux derniers championnats mondiaux organisés en Russie. En quelques années, il a considérablement distancé Getmanski qui avait le même niveau que lui lors du championnat mondial de 2001 organisé à Moscou.Je terminerai en félicitant Arnaud Cordier pour son parcours. Il n'y a rien de dégradant à être battu par Georgiev, même si je considère ce super GMI largement plus facile à vaincre que Tchizov. Cordier a pu battre Kirzner et Samb, ce qui est tout de même important. J'ai trouvé qu'il s'est "lâché" dans la phase finale de sa participation à l'épreuve semi classique. Il serait souhaitable qu'il fasse preuve d'un engagement comparable lors des parties à cadence lente.L'épreuve semi rapide aura été de très bonne facture. Georgiev l'a illuminée de toute sa classe.Si je dois revenir à la compétition, ce serait uniquement pour essayer de vaincre un damiste de cette profondeur ou Tchizov.
Répondre
B
Respect! C'est bien ce que j'ai envie de dire devant la supériorité de jeu manifestée par Alexander Georgiev à Pékin. Je suis obligé d'applaudir mille fois le Russe quand je vois la beauté du jeu de dames qu'il pratique. Il vient de battre Bassirou Ba et Jean-Marc Ndjofang qui sont quand même deux GMI de classe. Ma théorie a toujours été de dire que ce qui singularise les super GMI au sein de la masse des damistes, c'est leur capacité à jouer vite sans faire de faute. Pour les autres très bons damistes, il faut le renfort du temps pour espérer jouer sans faute.Tchizov et Georgiev sont des damistes d'une autre planète. Valneris est du niveau de ces deux-là. Les deux premiers cités ont pratiquement le niveau des meilleurs logiciels. Mais, plus que jamais, l'intérêt du jeu de dames est que chacun de ces deux super GMI fasse un match avec un logiciel aussi puissant que Buggy. Pourquoi les obliger à toujours jouer contre les mêmes humains qui ne peuvent espérer face eux rien d'autre qu'une remise obtenu souvent difficilement?Valneris, en faisant jeu égal avec Flits il y a quelques années, a, lui-aussi, prouvé qu'il est du niveau des meilleurs logiciels.Schwarzman est actuellement moins fort que les trois champions que je viens de citer. Je doute d'ailleurs de sa capacité à ne pas perdre actuellement devant Ndjofang dans un match au sommet. La FMJD doit réfléchir à la meilleure façon de rendre le jeu de dames plus intéressant. Elle doit constater que Tchizov, Georgiev et, dans une certaine mesure, Valneris sont très largement au dessus de tous les autres GMI. Je suis donc favorable à ce que les logiciels soient admis à disputer le championnat du monde individuel. Cela relancerait l'intérêt de cette épreuve qui commence à devenir ennuyeux.Dans l'hypothèse d'une décision de principe excluant les logiciels, je demande à la FMJD d'ouvrir largement le championnat mondial. Or les règles actuelles organisant celui-ci sont telles que ce sont les mêmes damistes qui disputent les différents championnats mondiaux successifs.A Pékin, on a vu émerger de nouveaux damistes. Cela n'a été rendu possible que par le libéralisme ayant présidé à la détermination des engagés.Messieurs les dirigeants de la FMJD, ouvrez le jeu de dames!  
Répondre