Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 15:10






Compte-rendu

Départ :
Partis le 30 septembre de Roissy Charles de Gaulles à Paris (Laurent Nicault, Germain Sottier, Arnaud Cordier et Isabelle, Fabrice Magiorre et son épouse), c'est le 2 octobre  que nous sommes arrivés à Pékin au bout de notre périple. Nous avons donc visité Milan, Rome et Shangaï. Le retour en revanche a été direct : départ 13h30 (heure chinoise) avant la cérémonie de clôture, arrivée 18h30 (heure française), 11h de vol.

Réglement :
Une grande partie des joueurs ont désapprouvé les règles des phases finales. En effet, le huitième classé devait impérativement battre le premier pour pouvoir se qualifier au tour suivant. Que va retenir la FMFD du huitième de final, Georgiev, premier et Shwartzman, huitième ? Le réglement a poussé les mals classés à prendre des risques incenser pour finalement perdre. Témoin, Valnéris contre Getmanski ou encore Gulyaev contre Chizhov. Pour les prochains Jeux Olympiques, si on a 4 français, 4 camerounais, 4 belges, 4 sénégalais etc... il faut donc 4 russes, 4 hollandais, 4 lithuaniens ainsi de suite........ et après on pourra parler de suprématie !

Compétition :
Trois compétitions (championnat de France, Jeux OLympiques et Semi-rapide) et le même sénario se reproduit. A deux journées de la fin de ces compétitions, je n'ai jamais pu atteindre mon but qui n'était pourtant pas si compliqué. Je dois améliorer mon finish si je veux rentrer dans la cour des grands. Il ne s'agit pas de variante ou de position mais de mental. Personnellement, je ne suis pas satisfait de mon rendement. Je pense qu'il y avait largement de la place pour jouer les phases finales. Mais enfin, tout cela fait partie de l'expérience.
Je profite pour remercier infiniment toutes les personnes qui nous ont soutenu (l'équipe de France). Les personnes qui ont suivi les Lives dès 3 heures du matin (heure française), tous les mails de la France, de la Pologne, d'Italie, du Sénégal et de la Côte d'Ivoire, les commentaires sur les différents sites. Merci pour tout. On est pas passé loin.

Le Champion Olympique et semi-rapide :
Le GMI russe, Alexandre Georgiev est à l'heure actuelle le damiste le plus complet et a le palmarès le plus riche : Champion du monde junior, Champion d'Europe, Champion du monde senior, champion du monde de parties rapides, champion du monde de semi-rapide, champion du monde de parties aveugles et champion olympique. Il est selon moi champion du monde de fins de partie. Le pourcentage de ses gains en fin de partie est hallucinant. Il est avec le médaillé de bronze, le GMI letton Guntis Valnéris, les seuls à avoir joué aux dames du 4 au 17 octobre sans une seule journée de repos - Chapeau !

L'organisation :
Tous les sportifs étaient logés dans le somptueux village olympique. Juste à côté, on pouvait découvrir le gigantesque "Nid d'Oiseaux". Tous les joueurs étaient hébergés dans des appartements et les officiels dans les hôtels. L'accueil des chinois a été parfait.

Après le passage de Tchizov en Chine et les résultats qui en ont découlés, je peux affirmer que les pays de l'Est auront des adversaires très sérieux d'ici 2 ans dans les compétitions des jeunes.

Le seul bémol :
Des pays comme la Guinée, le Mali et la Côte d'Ivoire n'ont pas pu se rendre en Chine pour non obtention de leur visa au niveau de l'Ambassade de France. La France n'était pourtant qu'un pays de transit. A l'avenir, il faudrait l'implication de la Fédération Mondiale pour régler cette simple formalité.


Bon weekend à tous !

Que Dieu vous bénisse.

OSLOG

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Sur l'impossibilité des ressortissants de certains pays africains de se rendre à Pékin, je dirai simplement que les ministères des affaires étrangères respectifs doivent intervenir. Si on laisse seules les fédérations négocier avec les consultats, les choses seront difficiles.Je ne comprends même pas que la France ait été un pays de transit incontournable, alors qu'on trouve des compagnies aériennes reliant l'Afrique occidentale à l'Europe par l'Espagne ou Londres comme territoire d'entrée en Europe . Je ne maîtrise pas le dossier mais j'ai suis tenté de penser que les Ivoiriens, les Maliens et les autres Africains empêchés d'aller à Pékin s'y sont pris en retard : ils ont dû longtemps croire que le consultat français se montrerait coopératif, si bien que, une fois qu'ils ont compris qu'il en était autrement, ils n'ont plus disposé de suffisamment de temps pour envisager une autre solution.A l'avenir, il faut faire intervenir le ministère des affaires étrangères concerné. Les choses doivent se régler d'Etat à Etat pour éviter une surprise désagréable. Décidément les gens n'ont pas tiré les enseignements des déboires subis par des damistes camerounais en 2003 lorsqu'il s'est agi de se rendre aux Pays-Bas pour disputer le championnat du monde.Seul le Sénégal semble n'avoir jamais rencontré le type de difficultés ici exposé. Je suppose donc que son Gouvernement intervient en cas de besoin.Quoi qu'il en soit, et c'est en cela que je rejoins pleinement Monsieur Lognon, les consultats européens présents en Afrique sont tenus de délivrer des visas aux sportifs conviés aux compétitions internationales sans que ceux-ci aient à solliciter leurs gouvernements respectifs. C'est une question de bon sens.
Répondre
B
Merci, Monsieur Lognon, pour votre bilan des jeux de Pékin. Je partage beaucoup de vos positions. Le règlement du tournoi à cadence lente au niveau de la phase des éliminations directes, est contestable. Mais on peut nuancer les choses en disant que les concurrents étaient informés de la règle avant le début de la compétition : ils n'avaient donc qu'à jouer en conséquence. Le règlement retenu est infiniment plus acceptable qu'un départage par tirage au sort. Lors des 16èmes, Georgiev et Schwarzman auraient pu continuer à jouer indéfiniment, sans que personne ne prenne le dessus. Cela n'aurait servi à rien. L'avantage du règlement retenu, c'est de pousser les concurrents à tout mettre en oeuvre pour terminer à la meilleure place possible à l'issue de la phase des poules.Je ne suis pas d'accord avec vous lorsque vous relativisez la puissance des Russes. On a retrouvé au moins 7 Russes lors de la phase des éliminatoires - qui regroupait 16 concurrents. Devant un tel chiffre, on ne peut pas contester la supériorité russe. Les Russes avaient délégué à Pékin 11 ou 12 joueurs et ils en qualifient finalement 7. Dans le même temps, les Pays-Bas, avec pratiquement une vingtaine d'engagés n'en qualifient qu'un. Cette constatation peut se passer de commentaire. Vous avez dû constater que si tous les GMI russes se sont qualifiés, ce n'est pas le cas des GMI néerlandais. Ce que je n'ai pas trop aimé, c'est le critère retenu pour l'affectation des concurrents à chacun des deux groupes. Le jeu mécanique du critère retenu par les organisateurs (groupe A : 1, 3,5,7, 9, etc; groupe B : 2, 4, 6, 8,10, etc.) a abouti à l'affectation de Heusdens, Scholma et Thijssen à un même groupe. Les organisateurs auraient dû s'inspirer du système de la ligue des champions de l'UEFA : cela aurait évité une concentration des meilleurs représentants néerlandais dans un même groupe.Si je fais ces observations, ce n'est pas pour dire qu'avec une autre répartition des joueurs, les Pays-Bas auraient mieux fait : je suis convaincu depuis longtemps que les GMI néerlandais actuels sont inférieurs aux super GMI russes. Je veux seulement engager la FMJD a revoir ses critères de constitution des groupes.Quelle que soit l'affectation, Georgiev, Tchizov, Valneris, Getmanski, Schwarzman, Ndjofang et Gantwarg auraient dominé le tournoi, car il s'agit de damistes actuellement au dessus des autres.Je suis entièrement d'accord avec vous sur votre appréciation sur Georgiev. Mais je nuancerai les choses en disant que Georgiev n'est pas plus fort que Tchizov : il est seulement plus ambitueux que ce dernier - encore que Tchizov ait produit à Pékin des parties très engagées (voir sa partie avec Getmanski dans le tournoi semi rapide, ou même l'aisance de jeu affichée face à Georgiev dans la partie éliminatoire de la compétition à cadence lente). Cependant, je vous concède que Georgiev est de plus en plus impressionnant.Je n'ai rien de spécial à dire par rapport à votre prestation à Pékin. Je trouve que, globalement, vous avez fait une bonne prestation. Vous avez ainsi confirmé vos progrès récents et votre statut de meilleur damiste de France derrière Arnaud Cordier.Mais vous avez tort d'expliquer votre non-qualification pour la phase éliminatoire - tant dans la compétition lente que dans le tournoi semi-rapide-, uniquement par des considérations tenant au mental. Je reconnais que, des quatre représentants français, vous avez été celui ayant rarement raté ses parties face aux moins forts. Mais votre jeu n'est pas assez varié. Quand on voit vos parties, on a parfois l'impression de voir jouer Pierre, au demeurant damiste convaincant. A l'avenir, vos devrez éviter face aux super GMI d'entrer dans des systèmes de jeu radicaux. Je n'ai rien contre les structures classiques. Mais le damiste moderne doit éviter de figer son orientation du jeu par le choix initial de variantes radicales. Vous ne pouvez pas affirmer qu'avant que vous ne perdiez un pion lors de votre partie avec Georgiev, votre position était bonne : je me suis intéressé à cette partie et je n'ai pas le sentiment que vous l'ayez bien conduite. Je ne dis pas qu'elle est mauvaise. Je veux seulement vous persuader que la radicalité initiale de votre engagement à rechercher systématiquement une structure classique vous a contraint à un type de jeu qui a limité ensuite sérieusement votre liberté. Il n'est pas nécessaire de recourir au jeu classique pour faire jeu égal avec un super GMI. Je répète que je n'ai rien contre ce type de jeu. Je veux seulement marquer qu'il vaut mieux donner la préférence à un jeu qui, sans forcément se rattacher à la position ouverte, est assez flexible. Georgiev et Valneris vous ont battu à cause de la radicalité de vos choix de jeu dès le début.Il est possible que cette radicalité soit la conséquence d'un certain état mental.Il n'y a pas de système de jeu idéal pour affronter efficacement un super GMI. Le damiste moderne doit simplement recourir à un système qui ne lui fait pas aliéner sa liberté d'orienter le jeu.Les observations qui précèdent n'ont pas été faites en manière de critique de votre jeu. Elles se sont seulement imposées à moi.
 
Répondre